La galerie Les artistes Actualité Contact                      FR EN
BELLMER Hans
(1902-1975)
"Rephysiologiser les vertiges de la passion jusqu'à inventer des désirs"
Hans BELLMER - Biographie détaillée

Hans Bellmer est un artiste français d'origine allemande, né le 13 mars 1902 à Katowice en Silésie. Son père tente de lutter contre l'esprit de rébellion qui l'anime en l'obligeant à travailler dans une mine, puis dans une aciérie. En 1923, il suit des cours à la Technische Hochschule de Berlin et rencontre les initiateurs du dadaïsme. Il enchaîne divers postes comme typographe, illustrateur de livres et dessinateur industriel.

À l'arrivée au pouvoir des nazis en 1933, Bellmer décide de ne plus rien faire qui puisse être utile à l'État et se lance pleinement dans l’art. Il crée, en 1934, l'objet surréaliste par excellence : La Poupée. Suite à la découverte, au Kaiser Friedrich Museum de Berlin, des poupées mobiles de Dürer, il décide de désarticuler les siennes et se met à explorer les possibilités de l’anatomie du désir. Si elle constitue au départ un dispositif de rébellion contre toute autorité, la provocante Poupée devient l'instrument d'une toute autre investigation : une réflexion inédite sur le corps, qui fait de l'objet fétiche de Bellmer la création de référence pour l'expression érotique contemporaine. Son but : « rephysiologiser les vertiges de la passion jusqu'à inventer des désirs. Â»
En 1934, il découvre un numéro de la revue Minotaure et entre en contact avec le groupe des surréalistes parisiens. Ils reconnaissent dans sa poupée et les photos qu'il en fait une nouvelle façon d'ouvrir l'esprit de la société à ses fantasmes inconscients.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Hans Bellmer se réfugie en France. En 1939, il publie ses photographies dans un ouvrage intitulé les Jeux de la poupée accompagné d'un poème de Paul Éluard. Suite à un contrôle de la police française, il est emprisonné au Camp des Milles près de Marseille jusqu'en 1940 avec Max Ernst, Springer et Wols.

Bellmer écrit un texte-traité en 1957 qui entend témoigner de sa démarche et qui s'intitule Petite anatomie de l'inconscient physique ou petite anatomie de l'image. Sa dernière femme, Unica Zürn, travaillera à ses côtés l'anagramme plastique jusqu'en 1975, date de sa mort.

En 2006, le centre Pompidou lui consacre une rétrospective, centrée sur l'anatomie du désir, concept au coeur de la singulière création de l'artiste français.