La galerie Les artistes Actualité Contact                      FR EN
TAL-COAT Pierre
(1905-1985)
Pierre TAL-COAT en quelques dates

1905 Pierre-Yves Tal-Coat naît le 12 décembre à Clohars-Carnoët près de Quimperlé (Finistère).
1915 son père est tué sur le front d’Argonne en 1915.
1923 apprentissage du métier de forgeron. Une bourse de pupille de la Nation lui permet d’entrer à l’Ecole primaire supérieure de Quimperlé.
1924 mouleur et peintre-céramiste à la faïencerie de Quimper.
1925 Tal-Coat arrive à Paris, exerce divers métiers (modèle à l‘Académie de la Grande Chaumière, mouleur à la Manufacture de Sèvres), fréquente le milieu artistique, étudie la peinture et se lie avec le peintre Sautter.
1927 Auguste Fabre et Henri Bénézit, directeurs de la Galerie Fabre, le prennent sous contrat et lui proposent une exposition, c'est à cette occasion qu'il prend le pseudonyme de Tal-Coat.
1929 retour en Bretagne, à Doëlan. Tal-Coat entreprend ses recherches sur la technique picturale, les médiums et les pigments.
1935 familier des dîners de Meraud Guiness, femme du peintre Guevara, il y rencontre Hemingway, Gertrude Stein, Francis Picabia et se lie d’amitié avec les frères Giacometti.
1937 la guerre d’Espagne lui inspire la série des Massacres.
1939 Tal-Coat peint des paysages de Bretagne, de Bourgogne et d’île-de-France.
1940 démobilisé, Tal-Coat se fixe à Aix-en-Provence et y séjournera régulièrement jusqu’en 1956; il peint des Natures mortes, des Paysages et des Figures.
1943 première exposition à la Galerie de France, Paris.
1946 séries des Mouvements d’eau, des Rochers et Cascades.
1948 rencontre Henri Maldiney, André du Bouchet, André Masson, Georges et Marguerite Duthuit.
1950 début de la série des Rochers, Failles et Lignes.
1955 Tal-Coat se passionne pour l’art préhistorique et visite avec intérêt Lascaux et les Eyzies.
1958 série des Lignes de pierre et de silex, des Troupeaux, des Vols.
1961 s’installe à Saint-Pierre-de-Bailleul, près de Vernon (Eure). Retour à l’éclat coloré. Nommé Chevalier de la Légion d’Honneur.
1963 réalise une mosaïque pour le mur d’entrée de la Fondation Maeght à Saint-Paul-de-Vence.
1973 Tal-Coat réalise pour le Ballet-Théâtre contemporain la scénographie de "KilI what I love" chorégraphie de John Butler sur la musique d’Igor Stavinski.
1976 importante rétrospective aux Galeries Nationales du Grand Palais organisée par le Musée National d’Art Moderne.
1985 décès de Pierre Tal-Coat le 11 juin à Saint-Pierre-de-Bailleul.